Ce message concernant la taxe spéciale pouvant atteindre 2 079 $ par an touchant les victimes d'accidents et de maladies du travail sera envoyé au ministre des Finances.

Plus de 3 700 personnes ont déjà participé!

Mesure fiscale touchant les victimes d'accidents et de maladies du travail

 

Monsieur Carlos J. Leitão
Ministre des Finances

En 2004, le gouvernement du Québec a adopté une mesure nommée « Réduction d’une iniquité reliée à la réception de certaines prestations d’un régime public d’indemnisation » qui vise notamment à imposer indirectement les indemnités versées par la CNESST. Malgré de nombreuses protestations et campagne demandant son abolition depuis son instauration, cette mesure existe encore aujourd’hui.

Par cette mesure, on réduit considérablement le crédit d’impôt personnel de base auquel tout le monde a droit au Québec, ce qui peut représenter un impôt supplémentaire à payer de plus de 2 079 $ pour l’année 2016, tout cela à cause de la réception d’une indemnité qui est censée être non imposable.

Cette mesure est basée sur des prémisses qui sont non fondées. En effet, cette mesure viserait à corriger l’existence d’un « dédoublement » de crédits d’impôt qui créerait une « distorsion fiscale »; or il a été depuis démontré qu’il n’y a ni « dédoublement », ni « distorsion fiscale ».

De plus, dans l’analyse gouvernementale, il n’est aucunement tenu en compte que les victimes de lésions professionnelles perdent, dès le départ, un minimum de 10% de leur revenu ni qu’elles perdent également des avantages sociaux (RRQ, assurances salariales, assurances médicales, etc.) et qu’elles sont dans les faits sous-indemnisées. Ainsi, nous ne sommes pas devant une mesure visant à corriger une réelle iniquité, nous assistons plutôt à un contournement de la loi effectué par le gouvernement pour aller chercher injustement des impôts additionnels.

Je vous demande donc d’abolir cette mesure injuste. Mentionnons que je suis loin d’être la seule personne à faire une telle demande; en effet, de nombreuses organisations ouvrières, notamment la FTQ, la CSN, la CSQ, la CSD, la FIQ, le SFPQ, l’APTS, le SPGQ et les associations de travailleurs accidentés demandent également qu’elle soit abolie.

Espérant une attention favorable de votre part.

Salutations,

C.c. : - Nicolas Marceau, porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances
          - François Bonnardel, porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de finances

     

Pour envoyer ce message au ministre des Finances et aux porte-paroles de l'opposition, inscrivez vos coordonnées. Vous recevrez une copie du message.

Flèche

Veuillez patienter quelques secondes après avoir appuyé sur le bouton. Un message vous indiquera si l'envoi a été envoyé.