Chronique MT
Maladies du travail en bref
Juin 2014
Chronique MT

Les effets de l'usage des pesticides sur la santé

Dr Pierre Auger

Les pesticides sont des poisons utilisés en agriculture pour tuer les insectes, les mauvaises herbes et d’autres nuisances. Ce qui est toxique pour les insectes et certaines plantes peut aussi affecter la santé humaine et constituer un danger pour les travailleuses et les travailleurs exposés à ces poisons.

pesticides Le mot pesticide est dérivé du mot anglais « pest » (ravageur) et du suffixe « cide » (tueur). Il désigne plus de mille ingrédients dits actifs, qui sont regroupés en sous classes. Les plus utilisés sont :

  • Les insecticides : ils servent au contrôle des insectes. Les plus connus sont les organophosphorés (dichlorvos, diazénon, etc.), les pyréthrinoides (utilisés pour contrôler les punaises de lit) et les organochlorés (dont le fameux « DDT »);
  • Les herbicides : ils permettent de contrôler des plantes indésirables. Parmi les plus connus, mentionnons le « Diquat » et le « Paraquat » qui ont notamment occasionné dans le passé des atteintes pulmonaires sévères chez des consommateurs de marijuana contaminée par ces produits;
  • Les fongicides : ils servent au contrôle des moisissures. Les plus utilisés sont les dithiocarbamates, comme le « Maneb », le « Zineb »;
  • Les rodenticides : ils visent à contrôler les rongeurs. On pense notamment au « Warfarin » ou la « Strychnine ».

Notons enfin qu’il existe également des pesticides qui visent les oiseaux, les poissons, les mollusques et les nématodes.

Sources d’exposition

C’est principalement au travail que l’on retrouve les sources d’exposition aux pesticides les plus importantes. On pense surtout au travail agricole mais c'est aussi vrai pour les travailleuses et les travailleurs de l’aménagement paysager, incluant l’entretien des terrains de golf. Les travailleuses et travailleurs des pays en émergence sont ceux qui manipulent les plus importantes concentrations de pesticides, incluant des produits interdits dans les pays du nord.

La population en général n’est pas épargnée puisqu’elle est exposée via l’application paysagère urbaine de pesticides et par le biais de la nourriture.

Les maladies liées aux pesticides

Plusieurs maladies peuvent être causées ou sont potentiellement secondaires à la présence de pesticides dans l’organisme humain. On pense notamment aux maladies suivantes.

Cancers

Plusieurs études scientifiques ont démontré une augmentation d’une multitude de cancers en lien avec l’exposition aux pesticides. Elles portent particulièrement sur les cancers du sein, de la prostate, des poumons, du cerveau, du colon, des testicules, du pancréas, de l’œsophage, de l’estomac, des ganglions et sur les leucémies.

Ces cancers ont été observés chez les travailleuses et les travailleurs exposés, mais on en retrouve aussi certains chez leurs enfants (leucémie, cancer des ganglions, tumeurs du cerveau). On recense 70 pesticides ayant été déclarés cancérigènes probables ou possibles pour l’humain.

Maladies neurologiques

La maladie de Parkinson est maintenant reconnue par la communauté médicale comme une maladie professionnelle causée par l’exposition à des pesticides au travail; la littérature scientifique est maintenant convaincante en ce qui regarde cette maladie dégénérative. Les savants émettent aussi de forts soupçons en ce qui regarde la maladie d’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique, aussi appelée « maladie de Lou Gering ».

De plus, les travailleuses et les travailleurs exposés à certains pesticides pendant un certain nombre d’années développeront des anomalies au cerveau tout comme ceux qui utilisent des solvants au travail. Enfin, on dénombre des cas de TDAH (trouble de l’attention et d’hyperactivité) chez l’enfant suite à une exposition en bas âge.

Autres effets

L’exposition aux pesticides est aussi associée à des anomalies génétiques, à des troubles de la reproduction et à des atteintes cérébrales chez l’enfant consécutives à une exposition de la mère lors de la grossesse. Des études plus récentes démontrent aussi que l’exposition aiguë ou chronique aux pesticides peut déclencher l’apparition du diabète, de maladies cardiovasculaires, d’insuffisances rénales chroniques et de maladies pulmonaires chroniques, dont l’asthme.

Enfin, les effets potentiellement additifs ou potentialisateurs du mélange des pesticides avec d’autres produits destinés à renforcer leurs propriétés (produits adjuvants) commencent à peine à être étudiés.

Comment diminuer cette exposition

La source d’exposition aux pesticides la plus importante au Québec est l’agriculture; il serait donc important d’intervenir dans ce secteur d’activité de façon prioritaire. Évidemment l’approche la plus logique serait l’agriculture biologique. Dans les cas où cela s’avère difficile ou impossible, il faut préconiser l’approche intégrée par laquelle les pesticides sont utilisés en petites quantités et seulement lorsqu’ils sont essentiels. Les principes de base de cette technique sont la rotation des cultures, la gestion intégrée des éléments nutritifs, le travail du sol en vue de maintenir une fertilité optimale et l'utilisation d’ennemis naturels des ravageurs.

Conclusion

Les pesticides sont utilisés depuis des décennies, souvent de façon irrationnelle, et ont mené à des catastrophes pour la santé humaine et pour l’environnement. Bien que l’usage des pesticides ait diminué depuis l’entrée en vigueur d’une réglementation sur la vente et l’utilisation des pesticides au Québec, l’épée de Damoclès pend encore au-dessus de nos têtes. Par exemple, la prolifération des cultures d’OGM permet une vente accrue du fameux « Roundup » (glyphosate) de la compagnie Monsanto.

Le combat continue donc et il ne faut pas baisser les bras. Le Canada demeure un gros consommateur d’ingrédients toxiques et le Québec n’est pas loin derrière.

_______________

Le Dr Auger est spécialiste en médecine du travail.

uttam ©2019 Faire un don