Les dangers du service « Mon espace CNESST »

MonEspace_CNESST-logoDepuis le printemps 2019, la CNÉSST a mis en place un nouveau service appelé Mon espace CNESST. Cet outil Internet serait « conçu spécialement pour les travailleurs qui souhaitent gérer leur dossier en ligne ». À peine quelques mois après la mise en place de ce nouveau service, nous sommes à même d’en évaluer les premiers impacts.

Jusqu’à tout récemment, les travailleuses et travailleurs qui souhaitaient notamment demander des indemnités suite à une lésion professionnelle avaient la possibilité de le faire en transmettant à la CNÉSST un formulaire papier par courrier traditionnel ou en complétant un formulaire en ligne sans devoir remplir aucune autre formalité particulière. Depuis la mise en place du service Mon espace CNESST, il est maintenant dans l’obligation de s’inscrire, en indiquant un code d’utilisateur et un mot de passe, avant de pouvoir accéder au formulaire Réclamation du travailleur pour y soumettre sa réclamation en ligne.

Pour justifier ce nouveau service, la CNÉSST invoque l’avancée technologique et le virage vert, soit éliminer le papier. Malgré ces bonnes intentions, Mon espace CNESST risque de poser plusieurs problèmes pour les travailleuses et les travailleurs.

Un service qui peut obliger à dévoiler de l’information confidentielle

L’inscription dans Mon espace CNESST exige d’abord d’avoir un accès Internet et d’être également habile avec ce type de technologie. Des travailleuses et travailleurs n’ayant pas accès à l’Internet ou celles et ceux qui ont de la difficulté à maîtriser l’informatique devront inévitablement demander de l’aide pour s’inscrire à Mon espace CNESST. Cette « aide » pourrait notamment être offerte par l’employeur puisque celui-ci a l’obligation d’assister la travailleuse ou le travailleur dans la rédaction de sa réclamation.

Cette situation risque fort probablement de mettre les travailleuses et travailleurs dans l’obligation de devoir dévoiler, non seulement leur code d’utilisateur et leur mot de passe, mais également de l’information confidentielle puisque la CNÉSST impose une collecte importante d’informations pour accéder à Mon espace CNESST.

Danger d’échapper des droits

L’inscription dans Mon espace CNESST exige également d’y avoir accès facilement et au mieux de posséder un téléphone dit intelligent. Pourquoi? Parce qu’une fois inscrit dans cet espace, toutes les notifications de la CNÉSST, ce qui comprend les décisions, sont transmises par courriel ou par courriel et messagerie texte et plus aucune notification n’est envoyée sous format papier par courrier traditionnel.

Cette façon de transmettre l’information pourrait donc entraîner la perte de droits pour les travailleuses et les travailleurs. En effet, sans téléphone intelligent, avisant par messagerie texte qu’une notification est déposée dans cet espace virtuel, la situation oblige à consulter ses courriels régulièrement pour vérifier les notifications. Une personne n’ayant ni téléphone intelligent, ni courriel personnel risque de ne pas recevoir les décisions rendues et ne pas pouvoir respecter les délais de contestation, le cas échéant.

Notre expérience nous démontre que beaucoup de travailleuses et de travailleurs manuels consultent rarement leurs courriels : ce n’est souvent pas un mode de communication courant pour ces personnes. Elles auront donc tout intérêt à vérifier régulièrement leurs courriels, puisque sans une vérification assidue, le temps risque de s’écouler et, par le fait même, un délai de contestation d’une décision refusant une réclamation, par exemple, risque de s’éteindre également.

Pour remédier à cette situation, les travailleuses et les travailleurs, qui n’ont pas un accès régulier à Internet, ont tout intérêt à demander formellement par écrit à la CNÉSST de recevoir l’information papier par la poste pour éviter la perte de droits. Lorsqu’on regarde les impacts que peut engendrer l’inscription dans Mon espace CNESST, on semble être encore bien loin d’un service aussi simple et efficace que le prétend la CNÉSST.

uttam ©2019 Faire un don